Réouverture des frontières: les précisions du ministère des Affaires étrangères

0 0
Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %

Voyager au temps du Covid

Réouverture des frontières: les précisions du ministère des Affaires étrangères

 

Dans une interview accordée à Radio 2M, Najlae Benmbarek, directrice de la diplomatie publique au sein du ministère des Affaires étrangères, a répondu aux questions des internautes, au sujet de la réouverture des frontières. Voici ce qu’il faut retenir de son intervention.

 

Invitée, lundi 7 juin, à une émission spéciale de Radio 2M, dédiée à la réouverture des frontières, et animée par la journaliste Fathia Elaouni, Mme Benmbarek a répondu aux questions fréquentes sur les réseaux sociaux.

Q: A quoi correspondent les listes A et B? 

R: « Il faut mettre les choses dans leur contexte. La situation épidémiologique évolue de manière positive. Le Maroc est dans un contexte international, et il y a des pays où la progression de la situation épidémiologique va dans la même direction que le Maroc, ce qui nous a permis de prendre cette décision » (relative à la réouverture des frontières, NDLR).

« La répartition des pays sur les listes A et B a été faite par le comité scientifique du ministère de la Santé, qui a étudié le progrès du virus dans chaque pays, sur la base des données de l’OMS et de celles fournies par les différents pays ».

« On se retrouve donc avec une liste de pays A, vers laquelle il est permis de voyager et d’en venir, et des pays qui appartiennent à une liste B, qui ne sont pas concernés par ces mesures d’allègement. Les voyageurs en provenance des pays B ont donc besoin d’une autorisation spéciale préalable, avant de songer à venir au Maroc. Par ailleurs, en plus du test PCR, 10 jours d’isolement sont exigés » à leur arrivée au Royaume.

Q: Ces listes vont-elles évoluer ?

R: « Toute l’opération est dans une situation évolutive. Le ministère de la Santé et le comité scientifique procéderont à l’actualisation de la liste B toutes les deux semaines« .

Q: Que veut dire l’expression « l’espace aérien reste fermé », qui figure sur le communiqué publié durant le week-end ? 

R: « Ce n’est pas une phrase particulièrement importante. C’est une expression propre à l’aviation civile, qui signifie en gros que nos frontières ne sont pas encore complètement ouvertes. On est toujours en état d’urgence sanitaire, et on est dans une situation de progressivité où l’on essaie d’assouplir les restrictions. L’important est que les vols vont reprendre dans les deux sens », à partir du 15 juin 2021.

Q: Quelles sont les compagnies aériennes auprès desquelles les voyageurs peuvent acheter des billets?

R: « Toutes les compagnies seront autorisées », et donc pas seulement RAM et Air Arabia.

Q: Cette reprise des vols concerne-t-elle aussi les Marocains souhaitant se rendre à l’étranger pour tourisme? 

R: « Il faut comprendre que tout cela (la réouverture des frontières, NDLR) a été fait avec une logique et un sens. Le but premier est de protéger nos concitoyens et la population marocaine. C’est pour cette raison que les vols ont connu des restrictions.  Quand on est vacciné, on bénéficie d’une protection. Dans ce cas, on peut quitter le territoire sans problème, vers les pays de la liste A, tout en respectant leurs conditions d’entrée ».

[Par ailleurs, contactée par Médias 24, Mme Benmbarek nous a précisé que les personnes non vaccinées peuvent également se rendre à l’étranger, si elles sont munies d’une autorisation exceptionnelle délivrée par les autorités locales].

Q: Pour quitter le Maroc vers un pays étranger, est-ce qu’une personne vaccinée – qui dispose donc du pass vaccinal- a besoin d’un test PCR? 

R: « Pour sortir du Maroc, vers les pays de la liste A, la vaccination est obligatoire (sauf si les personnes vaccinées disposent d’une autorisation exceptionnelle comme expliqué ci-haut). Quant au test PCR, tout dépend des exigences des pays de destination. Il faut donc se conformer aux exigences des pays d’arrivée ». Ce qui veut dire que le test PCR est obligatoire [au départ du Maroc] si le pays de destination l’exige. Dans le cas contraire, il n’est pas nécessaire d’en faire.

« On ne parle pas de la liste B. Ce qui s’applique dans un sens, s’applique dans l’autre. Si on ne peut pas venir d’un pays de la liste B, on ne peut pas y voyager non plus ».

Q: Les touristes étrangers peuvent-ils rentrer au Maroc cet été? Les conditions d’entrée sont-elles les mêmes pour toutes les catégories?

R: « Oui. Les conditions s’appliquent à toutes les catégories de la même manière » (ressortissants marocains, étrangers établis au Maroc, citoyens des pays étrangers de la liste A, ou étrangers y résidant, NDLR), à savoir un pass vaccinal, et un test PCR négatif de moins de 48 H. La vaccination permet la circulation libre au niveau du territoire national ».

Q: Les Marocains résidant à l’étranger dans un pays de la liste B, et qui sont vaccinés, devront-ils observer la quarantaine de 10 jours? Est-ce qu’une liste d’hôtels sera bientôt publiée ? 

R: « Pour nos concitoyens ou personnes venant des pays de la liste B, l’autorisation préalable est nécessaire. Elle est délivrée par nos ambassades et consulats. Par ailleurs, il n’y aura probablement pas de vols directs à partir des pays de cette liste. Pour venir au Maroc, il faudra donc passer par un pays tiers, et avoir l’autorisation préalable pour motif impérieux. Une quarantaine de 10 jours est exigée dans une structure non hospitalière. La liste de ces structures sera révélée par les autorités marocaines ».

Q: Pour les déplacements professionnels, est-ce que la quarantaine est obligatoire pour les Marocains résidant en Egypte et à Dubai, sachant que le temps de déplacement est limité? 

R: « L’Egypte est sur la liste A ». La quarantaine n’est donc pas exigée. « Dubai figure pour l’instant dans la liste B. Pour venir de ces pays, une autorisation pour motif impérieux s’impose, ainsi que 10 jours d’isolement« .

Q: Les frais de la quarantaine seront à la charge de qui ? 

R: « On a déjà eu depuis plusieurs semaines le retour de nos concitoyens, qui sont sortis du Maroc avec une autorisation exceptionnelle, et qui ont dû faire leur quarantaine a leurs frais » dans six hôtels désignés à cet effet par les autorités marocaines. « C’est la même situation« . Ce qui signifie que les frais seront à la charge des voyageurs.

Q: Pour les Marocains résidant à l’étranger et en Espagne, et qui veulent revenir au Maroc par voie maritime, doivent-ils partir jusqu’à Sète ou Gène ?

R: « Par rapport aux liaisons maritimes, nous sommes dans la reconduction des ports qui ont été opérationnels l’année dernière, à savoir Gènes en Italie et Sète en France. Ce sont les mêmes ports qui seront opérationnels cette année ».

Q: Est-ce que des dispositions ont été prises pour augmenter le nombre de bateaux afin que les MRE puissent rentrer au Maroc?

R: « Pour le maritime, c’est un peu la même chose que l’aérien. Ce sont les compagnies qui déterminent les fréquences, le nombre de bateaux et les prix. C’est une question d’offre et de demande ».

Q: Comment faire pour présenter un test PCR de moins de 48 H quand la traversée (en bateau, NDLR) dure 40 H? Pourquoi le Maroc n’exige pas un test PCR de moins de 72 H pour les traversées maritimes?

R: « A l’instar de ce qui a été fait l’année dernière, des tests seront effectués à bord du bateau. Et pour plus de précautions, il vaut mieux qu’on reste sur un test PCR de moins de 48H et de refaire le test à bord du ferry ».

Q: Pour les pays comme la France qui ne font qu’une seule dose de vaccin anti-Covid, lorsqu’une personne a déjà été infectée par le virus, cette procédure est-elle valable pour entrer au Maroc?

R: « Les autorités marocaines considèrent que le passeport vaccinal est valide au bout de 4 semaines d’administration de la 2e dose du vaccin. Pour une seule dose, je pense que cette procédure ne sera pas reconnue« .

Q: « Qu’en est-il des étudiants qui doivent faire leurs études à l’étranger et qui ne peuvent pas se faire vacciner actuellement ? quels sont les documents demandés ? Et est-ce que les parents pourront les accompagner?

R: « Pour les étudiants, ils pouvaient déjà voyager, même s’ils ne sont pas vaccinés. Ils ont juste besoin de justifier cela auprès des autorités locales. Les études est un motif impérieux. Les parents pourront les accompagner s’ils sont vaccinés ».

Enfin, Mme Benmbarek a souligné que le ministère des Affaires étrangère va centraliser les questions les plus récurrentes pour y apporter des réponses en quatre langues. Un guide sera publié incessamment sur le site du ministère, et sera repris sur ses réseaux sociaux ainsi que par les missions diplomatiques et les postes consulaires.

 

 

Average Rating

5 Star
0%
4 Star
0%
3 Star
0%
2 Star
0%
1 Star
0%

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.