Mountain High : Comment découvrir Marrakech de l’intérieur

Nous passons devant des maisons à toit plat et de minuscules boutiques vendant des pots de terre cuite empilés au hasard. Quand nous ralentissons pour un feu de circulation rouge, je resserre ma veste pour essayer de rester au chaud. Malgré le ciel d’un bleu cobalt, la sortie de Marrakech sur le dos d’une moto est une expérience révélatrice – à plus d’un titre.

Nous sommes sur la route d’Amizmiz – la route principale qui mène au sud-ouest de la ville marocaine et dans le désert d’Agafay. Devant nous, les sommets enneigés des montagnes de l’Atlas sont spectaculaires et créent une ligne claire en zigzag à l’horizon. Déjà c’est un point de vue différent des allées bondées et poussiéreuses et du brouhaha général de Marrakech et de son ancienne médina.

Tout le monde sait que la meilleure façon de voir une destination inconnue est de faire appel à des amis qui y habitent déjà –  si vous avez de la chance de les avoir sur place, bien sûr. Ils peuvent vous montrer tous ces petits bijoux que seuls les habitants connaissent et découvrent au fil du temps. En faisant de ce concept une entreprise de voyage innovante, Insiders Experience, qui vient de mettre en place sa proposition unique de promenades en moto et sidecar dans les « coulisses de Marrakech », après avoir opéré avec succès à Shanghai et Xi’an en Chine.

« Le premier concept de nos toursd’initiés, c’est qu’il n’y a pas de règles », explique Félix Mathivet, notre guide, qui vit dans la ville depuis trois ans et qui est venu nous chercher à l’hôtel ce matin-là. « Nous commençons toujours avec un morceau de papier vierge et essayons de comprendre ce que vous voulez vraiment. Tous nos tourssont adaptés à votre niveau de connaissance de la destination et de vos intérêts. Le meilleur de tous, ce sont des découvertes informelles, hors des sentiers battus, d’un endroit donné.

Et nous y voilà. Questionnaires remplis quelques semaines avant l’arrivée, il est temps de décoller, un passager s’est assis derrière Felix sur le vélo rétro 1939 et moi-même dans le sidecar, pour commencer une journée d’aventure.

Après 20 minutes d’avaler l’air et sentir les rayons du soleil se réchauffer lentement sur mon visage, nous sortons de la route principale et arrivons à la petite ville de Tameslouhte, connue pour sa scène artisanale diversifiée. Aujourd’hui, c’est calme – il y a juste quelques locaux qui nous regardent avec curiosité et le curieux rassemblement d’enfants qui nous font signe. Arrivé un vendredi, cependant, et la scène sera très différente. Bien connu pour son marché hebdomadaire, c’est l’endroit idéal pour trouver des produits haut de gamme faits main (dont beaucoup sont vendus dans les souks de Marrakech, si vous savez où les trouver) mais qui sont vendus ici à une fraction du prix. C’est un vrai secret d’initié.

Nous nous arrêtons dans une cour, ponctuée d’arcades indigo et jaunes, et admirons la vue sur la montagne, tandis que Felix discute avec le résident local Moulay Hafid. Il s’avère qu’il vit dans l’ancienne Zaouia, un palais et une école religieuse vieux de 500 ans, qui se trouve dans le centre de la ville et il accepte de nous montrer les environs.

Datant de 1584, le bâtiment a une signification à la fois culturelle et religieuse, et est encore aujourd’hui un bel exemple de fonctionnement de la société marocaine traditionnelle. Avec son toit de tuiles vertes, il a été considéré comme très inhabituel quand il a été construit, et est devenu célèbre pour son architecture inhabituelle de l’époque. Le saint fondateur, une personne instruite et influente, a été inspiré par Fès – et a incorporé divers éléments architecturaux de la ville du nord dans le palais.

Composée de 15 riads, d’une école coranique et d’une bibliothèque, elle accueillait 23 familles. Ces jours-ci, elle est en grande partie abandonné, mais à son apogée la maison aurait été bourdonnante de vie – avec la cuisine originale qui produit plus de 50 tajines de nourriture chaque jour et de grandes quantités d’huile d’olive, en quantités massives dans la région, étant utilisé pour les lampes pour éclairer l’intérieur du bâtiment la nuit.

Construit sur de nombreux niveaux différents, Hafid indique que nous sommes libres d’errer. Des cours intérieures sont aménagées dans des salons habillés de coussins colorés, de tapis et de canapés bas. Des photos de famille sont placées à côté d’assortiments de bibelots et de souvenirs, tandis que des vitraux projettent des ombres multicolores sur les sols carrelés. De nombreuses pièces sont vides et s’effritent.

Nous nous retrouvons finalement sur le toit et prenons du thé noir parfumé au thym, dans un décor à 360 ° sur les montagnes. C’est un aperçu rare dans un monde normalement caché.

Après nos adieux, nous continuons notre voyage – cette fois-ci à travers le désert – sur de vastes étendues de terres rocheuses et de dunes spectaculaires. La route est largement vide jusqu’à ce que nous contournions un coin et apercevions un groupe de 4×4 luisant au soleil. Comme nous ralentissons, nous apercevons un drone au dessous de nous – et sommes momentanément surpris. Ensuite, nous réalisons que c’est une équipe de tournage, capturant la lumière de midi, et attirés sans aucun doute par le paysage magnifique offert.

Enfin, nous atteignons le Scarabeo Camp – son groupe de tentes blanches traditionnelles se détachant de loin. Alors que vous pouvez choisir de rester pour la nuit – c’est une sorte de site de glamping pour les aventuriers – nous sommes ici pour quelques heures. Néanmoins, c’est un endroit intrigant. Les 12 tentes sont décorées dans un décor marocain authentique, toutes arborant l’esthétique d’un explorateur traditionnel – pensez aux tapis berbères, aux tables vintage, aux nattes tissées et aux couvre-lits de mariage authentiques. Magnifiquement organisée par le photographe et propriétaire belge Vincent T’Sas, c’est comme si vous aviez fait un retour dans le temps d’une époque révolue.

Des journées sont passées à jouer à la pétanque, à se prélasser sur un lit de repos ou à explorer le désert à dos de chameau, à pied ou à vélo. La nuit, les lanternes marocaines donnent l’impression d’être dans une expédition d’un autre temps, et quand elles sont obscurcies, la nuit – avec son ciel non pollué – est allumée avec sa couverture d’étoiles.

Notre déjeuner est décontracté – mais délicieux. Une myriade de pains fraîchement cuits et de plats de style mezze, y compris le zaalouk, une aubergine épicée, et le taktouka, poivrons marinés,nous sont apportés. Il y a du chou-fleur épicé, du couscous et des fèves, ainsi que de succulentes brochettes de poulet, chaud au four. Les pâtisseries sucrées et la salade de fruits sont la fin parfaite pour le repas et avant que nous le sachions, il est temps de retourner à Marrakech.

«J’essaie toujours de donner aux gens plus que ce qu’ils s’attendaient à retirer de la tournée», explique Felix. «Je veux révéler la ville telle que je l’ai découverte: les rues secondaires que vous souhaitiez vous laisser plus de temps pour explorer, les coins oubliés et les rencontres en direct avec des locaux qui vous manqueraient autrement. C’est ce qu’est un initié. »

Le Desert Ride coûte 3000MAD par sidecar, pour plus d’informations visitez: http://marrakechinsiders.com/en/

Retour

Facebook

Partager

Mountain High : Comment découvrir Marrakech de l’intérieur